Conférences et ateliers


La nuit de l'antimatière : l'IPNL et le LMA ont répondu présent

Le 1er avril, le CNRS, la Société Française de Physique (SFP) et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ont organisé conjointement la Nuit de l’Antimatière. Une dizaine de sites en France, dont celui de Lyon, ont permis la participation du plus grand nombre.

A Lyon, au Planétarium de Vaulx-en-Velin, le programme a été riche :


A 18h30 :
Conférence « Les Explorateurs de l’espace », avec Hélène Courtois et Michel Tognini

A partir de 20h : Nuit de l’antimatière au Grand Rex
Rediffusée depuis Paris au Planétarium, la Nuit de l’Antimatière a abordé ce sujet complexe par des quiz, des visites virtuelles et des débats auxquels tous ont été conviés dans les villes interconnectées.

De 20h à 23h : Des ateliers
conçus et animés par les médiateurs du Planétarium, les scientifiques du Laboratoire des Matériaux Avancés (LMA) et de l’Institut de Physique Nucléaire de Lyon (IPNL).

Rayons cosmiques en boîte

Ils pleuvent littéralement autour et à travers nous : ce sont les rayons cosmiques. Créés dans les phénomènes les plus cataclysmiques de l’Univers, ils nous apportent des informations inédites sur les phénomènes qui les ont vu naître. Entrez dans un détecteur de particules et venez observer les nouveaux messagers de l’Univers.

Construisez votre chambre à brouillard

Parfois, il suffit de peu de choses pour mettre à jour les phénomènes les plus mystérieux de l’Univers. Avec du matériel que chacun peut trouver chez soi, créons ensemble un vrai détecteur de particules et plongeons dans le monde de l’infiniment petit.

Dans le secret des ondes gravitationnelles

L’Univers n’est pas un objet statique et immobile. Au contraire, il vibre au gré de tous les phénomènes qui le secouent en permanence. Fusion de trous noirs, explosions d’étoiles mourantes… tous ces phénomènes créent des ondes qui se propagent d’un bout à l’autre de l’Univers et que l’on sait détecter depuis quelques années seulement. Mais comment fait-on pour les voir ? A quoi ressemble un détecteur d’ondes gravitationnelles ?  

 

Une soirée activement suivie et animée par les différents comptes twitter.
Publié le 8 avril 2019 Mis à jour le 9 avril 2019